Quand les espaces de travail passent en mode été

Quand les espaces de travail passent en mode été

Out of Office ! Voilà l’été et sa valse des départs en congés laissant nos lieux de travail se vider comme peau de chagrin. En hausse tout au long du chassé-croisé estival, le taux de vacance des bureaux offre pourtant aux entreprises de belles opportunités d’optimiser leur consommation immobilière et de renforcer l’expérience des collaborateurs qui ne désertent pas.

L’été des actifs : deux salles, deux ambiances

Priorité aux vacances d’été. Principalement éparpillées sur les mois de juillet et d’août, elles sont sans conteste le moment précieux et tant attendu par les collaborateurs. Avec une participation de 69% de la population active en 2018, les Français font en effet office de champions de la parenthèse estivale. Mais pour ceux qui restent au bureau ou qui partent peu, il faut bien se l’avouer, la joie de vivre (et accessoirement la productivité !) n’est pas toujours à son comble. Alors oui, l’atmosphère est plus détendue, la pause déjeuner plus longue et la charge de travail souvent moins importante. Pour autant, beaucoup de facteurs peuvent plonger les collaborateurs dans le traditionnel blues du mois d’août : couloirs vides, open-space déserts, clients et contacts absents, temps de transport à rallonge (en particulier dans les métropoles en travaux tout l’été),… Et si cette année, on tentait de leur offrir une expérience estivale différente ?

Augmenter l’expérience collaborateur des travailleurs estivaux

Ranger, trier, archiver, réseauter… une journée classique au bureau en plein été. Si l’expérience collaborateur est fatalement différente en cette période, des solutions existent pour en maintenir un niveau qualitatif… voire augmenté. L’allègement des horaires de travail, le flex-office, le télétravail, le dress code plus décontracté, ou encore les dispositifs de lutte contre la chaleur sont autant de mesures pragmatiques à mettre en œuvre. Mais les entreprises ont tendance à négliger un levier aussi évident qu’essentiel pour booster la motivation des salariés : l’adaptation du lieu de travail, cette « seconde maison » qu’on préfèrera délaisser, ambiance morose estivale oblige. Certes, cette transformation est bien plus simple à effectuer lorsque le bâtiment qui héberge l’entreprise est déjà opéré pour le bien-être des collaborateurs : espaces de travail optimisés, aménagements collaboratifs, services physiques et digitaux (restauration, café-coworking, animations,…). On peut toutefois envisager des solutions faciles et rapides à mettre en place qui feront du siège social, un lieu de vie énergisant et convivial ! Incitons les collaborateurs à passer en mode « tribu créatrice » en désertant les étages au profit du rez-de-chaussée. Cela permettra de (re)créer du lien entre collaborateurs, qu’ils se connaissent ou non et d’insuffler un état d’esprit plus communautaire. Profitons également de l’été pour proposer des expériences inédites entre collègues (sport, activité culturelles, loisirs) et pourquoi pas avec des entreprises voisines. Non, ce n’est pas irréalisable et des plateformes œuvrant pour la cohésion sociale au travail facilitent grandement et à faible coûts l’organisation de tels dispositifs. Place à l’été fédérateur !

Et les bureaux vides, on en fait quoi ?

A l’heure où le prix de l’immobilier tertiaire atteint des sommets, se pose enfin la question de leur vacance particulièrement forte entre mi-juillet et mi-août.
Sur cette courte période, une seule solution d’optimisation et d’amortissement des m² : la location ponctuelle des espaces de travail. Il s’agit pour l’entreprise de louer ses bureaux et salles de réunions, mais également de mettre ses espaces de corpoworking (espaces de coworking semi-privatifs) à disposition d’autres entreprises. En la matière, les services digitaux de mise en relation émergent, offrant la souplesse et la flexibilité nécessaire pour des locations anticipées ou de dernière minute.

Encore une fois et en toute logique, plus le bâtiment est serviciel et opéré, plus son potentiel locatif est fort.

Fermer le menu